De l’argile, de la brume et un pick-up dans les montagnes du Costa Rica

12346

Au Costa Rica ce n’est pas pour rien si les gens se déplacent la plupart du temps dans de gigantesques pick-up. Et pendant la saison des pluies, on comprend encore mieux pourquoi ! Notre mini road-trip dans les montagnes de la région de Guanacaste s’avéra d’ailleurs être toute une aventure. Et pourtant tout avait commencé sous le soleil. Le temps change vite, très vite, dans ce pays. Au fur et à mesure que l’on monte en altitude, les palmiers laissent la place à une jungle tropicale, entrecoupée de végétation qui me rappelle étrangement la Suisse ou la forêt bavaroise (ou le décors de Jurassic Parc). Il a énormément plu les dernières semaines, et le dernier tropical storm ne date que de quelques semaines. Les routes sont gorgées d’eau et on avance lentement. À certains endroits, la terre est d’un magnifique rouge orangé. C’est d’ailleurs dans cet argile qui ressemble plutôt à de la terre glaise (et qui soit dit en passant serait parfaitement adaptée pour y sculpter toutes sortes de choses ou fabriquer des briques), que nous arrivons à nous embourber avec notre vielle Toyota. Classique. Et non, les pneus n’étaient apparemment pas ceux qu’il aurait fallu. Mais point d’inquiétude, il suffit de faire abstraction du grand fossé se trouvant juste à gauche de la route (et j’entends par là petit chemin boueux super instable) et de la voiture qui glisse lentement dans sa direction. Deux heures et quelques kilomètres à pieds à la recherche d’aide plus tard, ce sera finalement une bonne âme qui viendra nous sortir de là avec son tracteur. Nous n’avions aucune chance. Cela dit, nous avons ainsi eu le temps d’admirer le paysage apocalyptique, les silhouettes des palmiers perçant à travers la brume et cette magnifique mue de serpent plus grande que nous (mais où est-il ce serpent maintenant, telle est la question ?). Normalement, on pourrait apercevoir d’ici l’océan et le golfo colorado. Mais ce sera pour une autre fois. Aujourd’hui on se croirait plutôt dans le Tyrol en plein mois de décembre. En redescendant des sommets qui commencent dangereusement à s’enfoncer dans la pénombre (j’ai oublié de préciser qu’ici il fait nuit vers 17h30, donc 17h avec ce temps et que notre sauvetage a eu lieu environ 2 minutes avant), on s’arrête dans la petite ville de Hojancha. Bières bien méritées pour tout le monde !

57891011121416

 

171819202122

bellepanorama

Travel, Culture and Photography blog. www.bellepanorama. com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s