Le quartier El Vedado à La Havane

10

Le quartier El Vedado est aussi peuplé que le Centro de La Havane, mais beaucoup plus étendu. Dans ce quartier qui s’est développé au début du 20 ème siècle, les rues sont quadrillées à l’américaine et s’appellent A, B, C, D. Elles croisent celles qui s’appellent 1,2,3.  Les grandes avenues mènent au Malecón, qui n’est jamais bien loin. Si on le longe on arrive dans la vieille Havane. À la fin des années 40, le béton a fait son entrée en force et on a construit à tour de bras : hôtels, immeubles à l’architecture moderniste, villas néo-classiques-rococo légèrement kitschs…Dans cette folle urbanisation de béton armé, des avenues rectilignes et bien larges ont été tracées, des grands buildings (presque) aussi hauts qu’à New-York furent construits et sont encore là aujourd’hui, regardant de haut les petites maisons. Merci au Focsa, le plus haut building de La Havane, qui ressemble à un énorme motel bleu-vert pastel de 80 étages, qui nous a bien aidé à retrouver notre chemin dans le quartier.

1614432

Pendant l’époque de la prohibition américaine, El Vedado devint l’endroit de débauche des États-Unis par excellence. Les casinos et les bars dont les propriétaires poussaient comme de petits champignons. Le rendez-vous de célèbres mafieux, de stars et d’hommes d’affaires, mélange classique. Tous ces endroits seront fermés, effacés, éradiqués vite fait bien fait à l’heure de la révolution cubaine. Révolution cubaine qui trouva d’ailleurs refuge quelques jours dans le magnifique et emblématique hôtel Havana Libre, toujours dans le Vedado. Aujourd’hui il en reste quelques photos en noir et blanc accrochées dans le grand hall, que les touristes trop accaparés par leur portable (on ne peut pas leur en vouloir, à Cuba le wifi est une denrée rare), ne regardent pas vraiment.

Oui, parce qu’à Cuba, internet existe comme il existait dans les années 2000 en France. Vous vous souvenez, quand on payait à la minute, que la connexion était si lente. Ça nous semble lointain, presque irréel aujourd’hui. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, il y avait internet seulement dans les grands hôtels et dans certaines entreprises. Depuis deux ans, on trouve des zones wifi, dans des parcs le plus souvent, où l’on peut venir se connecter en achetant une petite carte avec un code. 3 dollars l’heure si tu es un touriste, beaucoup moins si tu n’en es pas un (dans les hôtels, c’est parfois 4 si l’on est pas client). Mais quand même très cher pour un cubain. Bien-sûr c’était l’occasion rêvée pour la naissance d’un marché noir de ces cartes internet tant recherchées. Le graal. Dans le Vedado, on avait pris nos habitudes dans un petit parc à côté du Lopez Serrano Building (qui me faisait furieusement penser au Rockefeller de New-York, et en fait c’est normal puisqu’il a été construit sur le modèle de celui-ci). Il faut d’abord trouver le « roi » de la carte internet, souvent assis sur une chaise à l’ombre dans un coin du parc, et aller lui en acheter une. On gratte pour voir apparaître le code et on peut enfin se connecter et se sentir en 2017 à nouveau. Finalement, il en faut peu pour nous déstabiliser, c’est ça le vrai dépaysement aujourd’hui on dirait. Ça donne des scènes un peu surréalistes où des dizaines de cubains sont éparpillés dans un parc, autour d’un hôtel ou dans une rue, portable à la main, parfois avec l’ordinateur portable. Beaucoup sont sur skype pour parler leur famille qui habite à l’étranger.

76515

Pas loin, en face du Havana Libre et à côté du cinéma Yara, il y a l’immense glacier Coppelia, autre institution de la ville. Des centaines de gens font la queue juste sur le trottoir pour avoir une de ces glaces hyper-sucrées à l’arôme artificiel (si tu es un étranger, pas besoin d’attendre, il y a un comptoir spécial, et deux mondes parallèles qui se côtoient sans se mélanger comme bien souvent ici). Il faut dire que ce glacier ressemble à une petite ville à l’architecture futuriste. C’est immense. Sur cette avenue, comme dans le reste du quartier, l’ambiance nous fait faire un bon en arrière dans les années et on ne sait pas très bien si on est en 1970 ou 1950.

9811131617

Le Vedado n’est pas le centre-ville de La Havane, c’est mieux. On sent que ça grouille, que c’est en effervescence, que quelque chose va se passer. Il n’y a pas encore de touristes. Des restaurants et des bars ouvrent, des centres-culturels proposent plein de choses, certaines maisons ont retrouvées leurs couleurs d’autrefois. On repeint, on ré-invente. Il suffit de marcher et de voir ce qu’il va nous arriver, qui on va rencontrer, ce que l’on va voir. Dans la grande Calle G, c’est noir de monde le vendredi et le samedi soir. Une foule très jeune, la jeunesse de La Havane (et elle est nombreuse) monte et descend l’avenue en petits groupes. On crie, on s’interpelle, on danse et on drague. Les gens s’assoient par terre, certains on une bouteille de rhum à la main, il y a de la musique partout, qui sort des portables, des baffles portatives. Les gens sont sur leur 31, mini jupes colorées, grands anneaux dorés, chaines, casquettes qui brillent, t-shirts de marque, on porte tout ce qu’on a. Il suffit de s’assoir et d’observer autour, c’est comme au cinéma. Un peu plus loin, plus au calme dans les petites rues où l’on habite, toujours au fond de notre dédale de couloirs et de portes, les maisons sont abîmées, on dirait parfois qu’elles vont s’effondrer. Le petit jardin qui en fait le tour est envahi de plantes qui poussent partout, dans tous les sens. Les gens sont assis dans leur cour, fument des Popular, Legitimo Tabaco Cubano, et boivent du rhum ou des bières Cristal, La Preferida de Cuba, en écoutant de la musique sur une baffle. Parce que c’est comme ça ici, dans le Vedado.

2928272625242322212019181

 

 

 

 

bellepanorama

Travel, Culture and Photography blog. www.bellepanorama. com

Une réflexion au sujet de « Le quartier El Vedado à La Havane »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s