Cuba, entre béton et palmiers

1

On s’enfonce un peu plus dans les Caraïbes. À Cuba, on est entre la mer de Caraïbes, le golfe du Mexique, la Floride et les Bahamas. En se promenant dans La Havane, les grands immeubles de béton au schéma répétitif me font penser aux villes de la Pologne, d’Ukraine ou de Russie. Les palmiers en plus.

26

Cette ville est magnifique d’une drôle de manière. Et drôlement abîmée. Certains immeubles semblent ne pas avoir rénovés depuis leur construction, ne serait-ce que d’une couche de peinture. Certains sont laissés à l’abandon, d’autres nous envoient dans une époque lointaine et irréelle. La Havane ressemble à une ancienne reine de bal. Le temps semble s’y être arrêté. Dans cette jungle urbaine, la végétation se fraye un chemin partout  elle le peut. Les racines des arbres ont fait bouger les dalles des trottoirs, les plantes poussent sur les terrains vagues entre deux maisons, les palmiers verts sont dressés devant les façades des immeubles aux couleurs pastels. Comme dans une carte postale des années 50.

À Cuba, ville du socialisme tropical, les palmiers côtoient l’architecture soviétique. Après la révolution cubaine dans les années 1960, le gouvernement souhaitait mettre en place un projet de développement urbain. Mais en 1963, l’ouragan Flora qui fait plus de 2000 morts et détruit beaucoup de logements, précipite les choses et change les plans. C’est ainsi que l’URSS, de qui Cuba était très proche à cette époque, en est arrivée à faire don à Cuba d’une sorte de programme avec des savoir-faire techniques et des structures pour construire des immeubles à la chaîne sur le modèle des constructions soviétiques (bien-sûr, vous vous en doutez, ça a créé quelques problèmes étant donné la légère différence de température et de conditions météorologiques des deux endroits concernés).

30

Sur certaines façades, des logos ou des slogans sont encore peints à la main dans des couleurs vives. Ils semblent être là depuis une éternité. On croit marcher au beau milieu d’un rêve urbain qui a échoué, un endroit abandonné en cours de route.

Ville décrépie, unique, et étrangement belle, La Havane paraît fière et usée.

23462021

 

 

333231282725242322

 

 

1918171614131211109875

 

 

 

 

 

 

bellepanorama

Travel, Culture and Photography blog. www.bellepanorama. com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s